Un « acquittement » correctionnel malgré l’ADN